25 mai 2006

All the girls could never make me love them the way I love you [the strokes]

anna

Arrivée au lycée qu'à 13h30, pour cause de presque malaise avant de partir. J'ai eu ma note de bac blanc, 10,5 : j'aimerais avoir au moins ça au bac. J'ai également hérité d'un suçon atrocement voyant et bleu foncé, le pire de tous les gens de ma classe qui ont eu le privilège d'en avoir eu un forcé. Week end de cinq jours que je vais passer à commencer de réviser le francais (oui c'est dans une quinzaine de jours), je finis par une heure d'anglais hier à 16h20. J'aime ce prof, j'adore tomber sur du Beatles, du Lynyrd Skynyrd et du Lou Reed en salle audio. Après un petit moment passé à organiser mes affaire pour le francais à ramener chez moi, nous sommes parties pour le macdo, à savoir clairon, mélanie, et moi. Ce fut bon, et je n'ai plus d'argent. La fête fut minable, et nous n'y mettâmes pas les pieds. Nous passâmes la soirée accompagnées de Marion (qui nous a ENFIN ramené les clopes =) a jouer aux cartes, tout en fumant, jusqu'a environ 22h et quelques. Marion fût mise au courant de l'existence de Florent. Seulement j'ai vraiment pas du tout aimé sa réaction, a savoir qu'elle m'a sorti un truc du genre "mais pourquoi tu sors pas avec quelqu'un d'ici? lui tu le verras jamais". Gni, je ne lui ai pas répondu, parce que si elle a été capable de me sortir une énormité pareille, elle aurait pas été capable de comprendre que je l'aime, Lui, et qu'il n'y a que Lui que je veuille, aussi loin qu'il soit. Sachant que les internats ne rouvraient pas avant 23h, pour éviter que des gens aillent baiser dans les chambres lors de la fête (sisi c'est véridique), je restai avec Morgane par la suite (et Lui téléphonai, mais évidemment il dormait), à qui je racontai ma vie, comme chaque fois. Et elle de même. C'est con, mais j'aime cette fille, vraiment, c'est une des seules personnes qui me comprends presque entierement, et ça fait du bien. On a fumé clope esur clope (alors qu'elle ne fume jamais), et puis sommes montées dans sa chambre, où nous nous sommes endormies dans son lit. Je me reveillai vers minuit trois quart, et partit de la chambre, pour cause de devoir de présence dans ma chambre. J'ai hâte d'être l'année prochaine, et de savoir que j'serai toute l'année dans sa chambre. J'ai besoin d'elle. Et j'ai l'impression d'pas la voir assez. Après une courte nuit, je mangeai puis pris le bus, avec un pion jusqu'a la premiere gare où j'arrive, et il est tout gentil le monsieur. Il fait du droit, et est d'une maturité presque impressionante, pour son âge de 21 ans. Pour une fois que j'aime bien un(e) pion(ne). Je rentrai chez moi, dormai quelque peu. L'après midi, après avoir croisé quelques peu Julien, qui me manquait, j'allai chez la médecin, chez qui je me fis prescrire la pillule (oui je suis une perverse, je sais). La madame m'expliqua plein de choses, entre autres je dois aller faire une prise de sang vendredi pour voir si je n'ai pas de problème de contre-indication. et je pourrai faire en sorte de n'pas être indisposée quand ça ne m'arrange pas, ce qui est franchement le rêve. Après être rentrée chez moi, j'ai dormi puis pris un bain, et enfin Lui ai parlé, longtemps. Ca fait du bien, il me manquait, vraiment. J'ai hâte, incroyablement hâte qu'il soit là. J'ai besoin qu'il soit là, sept semaines c'est long, trop long. J'ai besoin d'être près de lui, et d'y rester, aussi longtemps que possible. Je l'aime, tellement et tellement. J'espere vraiment que ça s'passera bien, qu'il y aura pas de blocages, et qu'on pourra s'aimer comme on a envie, être Libres. Comme dans mes rêves.

Posté par anyway à 13:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur All the girls could never make me love them the way I love you [the strokes]

    "je me fis prescrire la pillule "
    Ou comment réveler au monde entier que tu as envi de "baiser"...quelle classe

    Posté par didou, 25 mai 2006 à 14:44 | | Répondre
  • j'trouve que t'aimes bien l'expression "quelque peu" ^^

    Posté par glou, 27 mai 2006 à 11:41 | | Répondre
Nouveau commentaire